Jean-Pierre Humbert peintre et graveur

Jean-Pierre Humbert, l'artiste à la valise

DOUBLE EXPO. Artiste volubile, Jean-Pierre Humbert trouve des lieux à sa démesure: la galerie Trace-Ecart et la Tour historique. Il affiche ses oeuvres... et ses doutes.

De l'artiste fribourgeois, on connaît les falaises qui s'ouvrent comme des fermetures éclair, les arbres qui se fendent en pages de livres, les lettres (A, B, et caetera) qui englobent l'homme comme un roseau penchant... Surréalisme, onirisme? "Pour moi, c'est la réalité", dit-il.

L'artiste a éprouvé la rigueur de la plaque de cuivre, les soieries de l'aquatinte, les subtilités de la lithographie: pierre éclatée en couleurs. Dans son atelier de Fribourg, il lâche la bride pour galoper dans l'imaginaire. Il expose les oeuvres d'artistes amis. Il édite ses coups de coeur comme ses coups de gueule.

Un miroir déformant
Et puis, un jour qui ressemble comme deux gouttes d'eau à la nuit, tout s'assombrit. C'est le krach. Jean-Pierre Humbert trouve que son rétroviseur est un miroir déformant. "J'ai commencé au moins 100 dessins et peintures sans être satisfait." Obligation de rebondir. "Ou tu te morfonds, ou tu passes à du nouveau."

L'artiste se lance alors dans une saga inventive. Il reprend des oeuvres anciennes, les scanne sur ordinateur, leur donne une nouvelle vêture. C'est le Passé recomposé, qu'il expose aujourd'hui à la Tour historique.

L'idée lui vient de sérier ses estampes. Le challenge: réunir 100 oeuvres avec lesquelles il est complètement "d'accord". Et leur donner un cadre de bois inédit. C'est une valise en cerisier. L'objet précieux, il le multiplie à 21 exemplaires. Ces valises trouvent preneur. Pari réussi!

L'année des 13 mois
A nouveau en selle, l'artiste produit deux calendriers. Pour Bain de foule, il s'est adressé à la Société fribourgeoise des écrivains. Treize auteurs ont illustré ses oeuvres par le texte. Les mois courent de janvier 2011 à janvier 2012. Une année à treize mois? On ne se refait pas... Le second s'intitule Paysages. C'est le versant pictural de son oeuvre, tel qu'il est exposé à Trace-Ecart.

Cette expo en stéréo, l'artiste l'embrasse du regard: "Je ne ferai plus de gravures, plus de tirages multiples, plus de lithos." Au fond de l'entonnoir, que reste-t-il? La peinture. Jean-Pierre Humbert: "Je vais retrouver mon âme d'enfant."